Mon voyage en Inde 
Sœur Donisia

Au cours de cette dernière année de préparation, avant ma profession perpétuelle, on m’a demandé d’aller en Inde. Au début, la perspective de laisser la Gambie et le Sénégal auxquels j’étais habituée, celle de voyager jusqu’en Inde à des milliers de kms, m’angoissait. Pendant plusieurs mois et chaque jour, j’étais obsédée par la décision à prendre tout en me disant qu’après tout 6 mois c’est seulement une demi-année.

Finalement le jour du départ arriva. Je quittai Dakar un dimanche matin, jour de Pâque, à 5 h, le cœur gros de voyager un tel jour de fête. Sœur Emérence sortit de sa chambre pour me dire au-revoir et m’encourager : « Courage ! Tout se passera bien. Ne manquez pas le vol. » Sœur Raymonde et Sœur Monique qui devaient m’accompagner jusqu’à l’aéroport, m’attendaient déjà dans la voiture avec mes bagages. Je me hâtai de descendre et en route ! Arrivées à l’aéroport, je pris mes bagages, dis au revoir. Me voilà seule pour les formalités et l’attente du départ prévu à 8 h. mais qui a pris une demi heure de retard.

Première escale à Bamako. Deuxième escale à Addis Ababa où j’ai attendu 3 heures la correspondance pour Delhi. L’avion a atterri à 8 h. 30. J’ai repris un autre avion pour Visakhapatnam à 15 h. J’arrivai enfin 45 minutes plus tard. Deux Sœurs m’attendaient et nous partîmes immédiatement. Arrivées à la communauté, je reçus un chaleureux accueil de bienvenue avec des chants et des fleurs. Quel délassement ensuite de pouvoir me rafraichir avant le souper ! Je passai 2 semaines à Visakhapatnam. La session débuta par 1 mois de retraite et se termina mi-septembre.

Je passai ensuite 2 semaines à visiter les Communautés de Bhubaneswar, la 2e province de l’Inde. Je retournai au Sénégal le 3 octobre 2017. J’en étais partie le cœur gros d’inquiétude et maintenant, c’est le cœur gros que je quittai l’Inde, toutes les amies qui me manqueront. Mais je n’oublierai pas les merveilleux moments passés avec elles. Je connais beaucoup mieux maintenant la richesse de la culture indienne et sa population si diverse. L’Inde a un dicton : « Tous les 100 mètres, l’eau change. », référence aux nombreuses langues. Les Indiens sont réputés pour leur attachement à leur culture et leurs efforts pour la préserver.

Je garde et garderai un merveilleux souvenir de mon séjour. La session a été a été excellente, nourrissante sur le plan spirituel, vraiment bénéfique pour ma préparation à ma profession perpétuelle.DONI

Merci à notre Supérieure Générale, Sœur Pauline, à son Conseil, aux 2 Provinciales de l’Inde qui ont fait de ce séjour une expérience fructueuse autant qu’agréable.

FaLang translation system by Faboba